Louerappartement-nantes.com » Divers » Acheter un bien immobilier à plusieurs : sci ou indivision, que choisir

Acheter un bien immobilier à plusieurs : sci ou indivision, que choisir

4.2/5 - (31 votes)

Vous êtes plusieurs à vouloir acheter un bien immobilier et vous ne savez pas quel type de société choisir pour réaliser cette acquisition.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de l’indivision, mais vous n’en connaissez pas les avantages et inconvénients. Si vous souhaitez acheter un bien immobilier à plusieurs, il est important d’avoir une idée claire sur le sujet. Pour cela, nous allons voir ensemble quelles sont les différences entre l’indivision et la SCI (Société Civile Immobilière).

Avantages et inconvénients de la sci

L’achat d’un bien immobilier en SCI peut s’avérer intéressant pour les personnes qui souhaitent investir dans l’immobilier locatif, mais qui ne veulent pas faire appel à un notaire. En effet, le recours à une SCI permet de diviser le bien en plusieurs lots et donc de réduire les frais liés au notaire. De plus, la SCI permet de faciliter la transmission du patrimoine aux héritiers.

Les inconvénients ? L’achat d’un bien immobilier en SCI n’est pas sans risque.

Lorsque vous achetez un bien immobilier via une SCI, vous êtes responsable des dettes sur ce bien jusqu’à ce que celui-ci soit vendu.

Vous pouvez également avoir besoin d’une somme importante pour rembourser votre crédit si vous avez acheté par exemple un studio ou un F2.

Il est également possible que votre situation financière change (chômage, divorce. ). Dans ce cas, il faudra changer l’objet social de la société afin qu’elle puisse garantir le prêt contracté par l’acquisition du bien immobilier.

Avantages et inconvénients de l’indivision

L’indivision est une forme de propriété qui est particulièrement utilisée dans le cadre de l’achat d’un bien immobilier. Pour réussir, il faut savoir que l’indivision présente certaines limites et inconvénients. Dans un premier temps, un indivisaire peut se retrouver à la tête de biens immobiliers qu’il ne possède pas ou qu’il n’a pas intérêt à acquérir, ce qui peut être source de conflits.

Lorsqu’un indivisaire souhaite vendre un bien immobilier sans en avertir ses partenaires, il doit s’assurer qu’ils ont tous donné leur accord pour cette vente. De plus, lorsque vient le moment du partage des biens immobiliers appartenant à un indivisaire décédé et dont les héritiers ne sont pas encore connus, la procédure peut être longue si aucune convention d’indivision n’est passée entre les héritiers avant le décès du titulaire initial.

Il faut également savoir que lorsqu’un immeuble est mis en indivision, chaque indivisaire est responsable des dettes contractées par son co-indivisaire au cours de l’indivision (par exemple : factures d’eau et/ou d’électricité). En cas de non-paiement des charges imposées par une copropriété (charges communes), cela peut avoir pour conséquence la mise en jeu des garanties personnelles sur les biens immobiliers appartenant aux autres co-indivisaires.

Comparaison des deux

Avec une mise de départ beaucoup plus abordable, l’investissement locatif se révèle être un excellent moyen pour les personnes qui souhaitent investir dans l’immobilier. En effet, il s’agit d’un placement intéressant pour les ménages qui souhaitent placer leur épargne en vue de la retraite. De plus, vous pouvez choisir la durée de location et donc la rentabilité que vous souhaitez obtenir.

L’investissement locatif est une solution intéressante pour générer des revenus complémentaires ou préparer sa retraite. Cependant, il faut savoir que ce type d’investissement n’est pas sans risque.

Il existe différents types de location : L’investissement locatif nu : Ce type d’investissement immobilier permet aux propriétaires de mettre en location leur bien à un particulier ou à une entreprise sans passer par un bail commercial.

Le logement peut être meublé ou non-meublé (nu).

L’avantage ? Vous pouvez bénéficier du statut fiscal LMNP (Loueur Meublé Non Professionnel). En tant que propriétaire non-occupant, vous pouvez opter pour le régime micro-BIC si votre bien est loué nu et ne dépasse pas 23 000 €/an après application des amortissements. Si votre bien loué est meublé, par contre, votre activité sera soumise au régime BIC classique avec toutes les charges fiscales y afférant (régime réel). Dans ce cas, le montant annuel des recettes sera supérieur à 23 000 € / an après application des amortissements et frais divers sur le prix d’acquisition du bien immobilier meublé + frais liés au local professionnel.

Quel est le meilleur choix pour vous ?

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier, il est important de prendre en considération différents critères avant de faire votre choix.

Il faut savoir que toutes les options ne sont pas forcément adaptées à tout le monde, et que certaines peuvent être particulièrement risquées. Faites une analyse approfondie pour savoir si vous avez réellement envie d’investir dans l’immobilier. Avant de se lancer dans un tel projet, il est important de bien connaître son objectif : se constituer un patrimoine pour sa retraite ou obtenir des revenus complémentaires ? Si vous souhaitez acheter une maison pour en faire votre résidence principale, mieux vaut opter pour un appartement.

Votre situation personnelle sera également déterminante : aurez-vous la capacité financière suffisante ? Votre famille sera-t-elle prête à accorder sa confiance à un inconnu ? Quel type de logement recherchez-vous ? L’achat immobilier est une opération complexe qui nécessite beaucoup d’attention et demande du temps. Si vous avez besoin de conseils personnalisés concernant l’achat immobilier, n’hésitez pas à contacter nos experts immobiliers spécialisés sur www.expert-immo.be

Dans quelles situations privilégier la sci ?

La sci est une solution qui présente de nombreux avantages. En effet, elle permet aux associés d’un projet immobilier de partager les bénéfices et les risques liés à leur investissement.

Les avantages de la sci sont nombreux.

La sci est une solution souple qui permet aux associés d’un projet immobilier de partager les bénéfices et les risques liés à leur investissement. Elle offre également la possibilité d’opter pour un régime fiscal approprié en fonction du type de projet envisagé.

Lorsqu’il s’agit d’un achat en indivision, il est possible de privilégier l’option du statut SCI (Société Civile Immobilière). Cette option permet notamment aux associés d’une SCI de profiter des mêmes avantages fiscaux qu’une SARL ou une SAS, tout en restant dans un cadre strictement privé. Pour ce faire, chaque associé doit obligatoirement être propriétaire au minimum des ¾ des parts sociales détenues par la société civile immobilière (SCI). Si vous souhaitez opter pour cette solution, veillez à ce que chacun des membres soit pleinement conscient des modalités liées au choix du statut SCI.

La SCI peut également être utilisée comme outil patrimonial pour transmettre son patrimoine immobilier à ses héritiers ou ses descendants sans passer par une donation classique.

Dans quelles situations privilégier l’indivision ?

L’achat en indivision est un type d’achat immobilier qui permet aux acheteurs de bénéficier du prix le plus bas. Ainsi, le montant des frais à payer lors de l’achat peut être considérablement réduit. Cependant, ce type d’achat présente également certains inconvénients et risques qu’il faut prendre en compte avant de se lancer dans cette opération. En matière d’indivision, la situation actuelle est que les propriétaires ne sont pas soumis aux mêmes règles juridiques que les autres types de propriétaires.

Ils peuvent mettre fin à l’indivision à tout moment et sans en informer les autres membres du groupe. Tous les membres du groupe doivent donc obtenir leur propre titre pour pouvoir accéder aux biens immobiliers détenus par l’indivision. Dans ce cas, ils devront payer des frais supplémentaires pour acquérir un droit sur ces biens immobiliers.

Le droit de propriété n’est pas aussi clair quand il s’agit d’une indivision que celui applicable à une personne qui possède une résidence unique ou commune.

Les indivisaires ont certes la faculté d’effectuer eux-mêmes tous les actes concernant le bien immobilier, mais ils ne peuvent agir contre une autre partie au sujet de la gestion du bien ou intenter une action contre un tiers pour faire valoir son droit sur ce bien.

La loi permet aux indivisaires nommés « délégués » par le tribunal de procéder à l’acte important relatif au droit immobilier (par exemple effectuer des travaux).

Faire l’acquisition d’un bien immobilier en indivision est une solution souvent choisie par les couples mariés ou pacsés. Mais cela n’est pas la seule possibilité et il existe de nombreuses autres formes juridiques pour acheter un bien immobilier à plusieurs.